Contenu réservé aux abonnés

Binage"Jusqu’à 98 % d’efficacité en combinant désherbage mécanique et chimique"

"Jusqu’à 98 % d’efficacité en combinant désherbage mécanique et chimique"

Avis d'expert : quatre questions à Régis Hélias, ingénieur régional et animateur de la filière agriculture biologique chez Arvalis-Institut du végétal

"Combiner un herbicide à l’automne avec un passage de bineuse en sortie d’hiver assurerait une efficacité de désherbage jusqu'à 98 %", estime Régis Hélias, d'Arvalis-Institut du végétal

Matériel Agricole : Quelle est la part d’utilisation des outils de désherbage mécanique en France ?

Régis Hélias : Tous les agriculteurs biologiques ou presque utilisent un ou plusieurs outils de désherbage mécanique. La part de ceux en production conventionnelle est en forte croissante, quelles que soient les cultures et les régions. Chez ces derniers, l’intervention s’opère en complément d’un désherbage chimique, d’autant plus lors de problèmes d’efficacité, notamment de résistance des herbicides.

Quelle est l’efficacité de différentes stratégies de désherbage ?

Pour être performant, un passage de désherbage mécanique doit réunir plusieurs conditions : des adventices à un stade jeune, une culture bien enracinée, un sol ressuyé, un climat non pluvieux et, si possible, venteux durant au moins deux jours avant et après le passage, délai nécessaire pour que les adventices déracinées se dessèchent sans pouvoir repiquer. Seul le binage tolère un stade plus avancé des adventices lors des interventions. Certains agriculteurs réalisent un passage à l’aveugle, avant la levée de la culture, à l’aide d’une herse étrille ou d’une houe rotative, lorsque les adventices sont en germination. Ils interviennent entre quatre et huit jours après le semis. Cette opération nécessite un réglage fin de l’outil de désherbage afin de ne pas bouleverser le semis, réalisé plus profondément. Selon les essais, les stratégies du tout mécanique (cf. graphe) atteignent entre 20 et 85 % d’efficacité. Les résultats varient notamment selon le nombre de passages, les conditions d’intervention et l’outil utilisé. Sur céréales à paille, les résultats sont d’autant plus élevés que le premier passage mécanique est effectué dès l’automne. L’utilisation de la bineuse, en dernier passage, conduit aux meilleures efficacités, entre 65 et 85 %. Les stratégies du tout chimique présentent une efficacité moyenne régulière de 85 à 95 %. Celles dites « mixtes mécaniques », commençant par un ou plusieurs passages mécaniques avant un rattrapage chimique, se révèlent efficaces mais nécessitent de multiplier les passages. Les stratégies « mixtes chimiques », si le premier passage d’herbicide est effectué à l’automne, affichent une efficacité régulièrement élevée, entre 85 et 98 %. Ce résultat baisse à moins de 70 % si le désherbage chimique n’a lieu qu’en sortie d’hiver.

 

Quel est le frein au développement du désherbage mécanique ?

Cette pratique nécessite un investissement supplémentaire en matériel. Elle exige une bonne maîtrise technique, notamment du réglage des outils et de la connaissance de la flore adventice. Elle se révèle également plus gourmande en temps qu’un désherbage chimique, les outils présentant une largeur plus faible et un débit de chantier inférieur à un pulvérisateur.

Quel coût d’utilisation ?

Difficile de répondre simplement ! Les outils de désherbage mécanique coûtent globalement plus cher à l'hectare que la pulvérisation (hors produits herbicides). La bineuse, en raison de ses largeurs de travail plus faibles, de son débit de chantier inférieur et de son investissement supérieur, présente un coût d’utilisation souvent plus élevé. L’outil de désherbage affichant le coût le plus faible est la herse étrille, devant la houe rotative. Selon le nombre de passages, la topographie des parcelles, la présence d’un système de guidage (caméra, GPS…), la surface à désherber et les jours disponibles pour réaliser les interventions, les coûts peuvent être très variables. Le binage, associé aux systèmes de guidage (caméra et GPS RTK), autorise néanmoins le passage sur tous types de cultures, y compris celles avec des écartements réduits (15 cm).

 

606

Vous avez lu 95% de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Connexion Création d'un compte Voir les offres d'abonnements

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Epandeur

Les épandeurs traînés de la série 2000 d'Agrispread accèdent à l'Isobus

Faucheuse

Kuhn FC 3160 TCD, une machine sans accroc

Tracteur

Vidéo : présentation du Claas Xerion Trac TS

Agritechnica 2019-Tracteur

Un nouveau joystick sur les tracteurs Fendt 900 MT

Agritechnica 2019 - Pommes de terre

La planteuse AVR Ceres 450 évolue

Agritechnica 2019 - Récolte

Case IH presse des balles de 500 kg

Agritechnica 2019 - Travail du sol

Les disques montés sur ressorts sur le Rebell de Köckerling

Agritechnica 2019 - Fenaison

Un andaineur Vicon plus confortable

Agritechnica 2019 - Semis

Les semoirs Sky Agriculture passent à quatre trémies